Dans Aspie je t'M Marie témoigne avec une extrême sensibilité de sa relation amoureuse avec un homme présentant le syndrome d'Asperger. Un témoignage fort qui se veut un phare, une petite étoile pour les personnes dans la même détresse que fut la sienne. Une très belle histoire d'amour.
La page d'accueil donne accès à la file des articles.
Les liens à droite ciblent ceux-ci selon la date, catégorie ou mot particulier (rechercher).
Les pages contenant des informations sur l'ouvrage s'ouvrent par les onglets ci-dessous.
Pour sélectionner la langue du blog utiliser l'onglet "translate"

jeudi 29 juin 2017

Extrait ...

tags : livre, ouvrage, amour, amitié, couple, syndrome asperger, témoignage,




Une balade en canoë qui vire au cauchemar ... 

l'aventure n'est pas une mince affaire, et quand Asperger s'invite au voyage c'est encore bien pire. 

En rire ou en pleurer ... c'est selon les jours, selon l'humeur.

Indochine pour nous réconcilier avec les aventuriers du monde entier. 


****

J’avais bien remarqué chez Gabriel une distance à ce qui pouvait m’arriver de fâcheux ou de douloureux. Cela allait du petit incident, comme ma chute dans la rivière lors d’une partie de canoë, au petit bobo, comme ce bouton d’herpès qui avait le chic d’apparaître quasiment à chacune de nos rencontres et qui gênait nos baisers. Il y avait aussi les tourments de mon cœur mis à mal par cette relation tellement complexe. Lorsque je lui fis une fois la remarque qu’il se montrait peu soucieux à mon égard, il répondit sèchement :

— Est-ce que je me plains moi ?

Non, c’était vrai, il ne plaignait jamais. Lorsqu’il était contrarié il se taisait le plus souvent, serrant les dents et les mâchoires, ce que je ne manquais,toutefois, jamais de remarquer. D’autres fois, c’était la colère qui éclatait, terrible. Il en voulait alors à la terre entière, avec en prime, pour les prétendus coupables, des insultes grossières que je n’aimais guère. Non, il ne se plaignait jamais ! Etait-il pour autant un être dur, sans pitié et dénué de sensibilité ? Etait-il tout simplement pervers ? Cela aurait pu être la réponse la plus légitime et la plus facile mais jamais je ne pouvais pour autant me résoudre à l’admettre car à d’autres moments il faisait preuve d’un tel cœur, d’une telle finesse, d’une telle sensibilité !

A ma place, sans doute bien des femmes auraient tourné les talons pour éviter de sombrer dans une relation destructrice, mais notre parcours amoureux atypique, ma découverte de son être le plus profond, tout cela me retenait de me ranger aux premières conclusions, les plus simplistes et les plus accablantes. 

...

Lui-même apporta un jour une réponse à cette question silencieuse qui me taraudait. Sa remarque pour le moins surprenante eut le mérite de souligner qu’il ne blessait pas à dessein.

            — Si je te fais souffrir je ne le fais pas exprès. Je ne m'en rends pas compte.

            Je ne pouvais rien comprendre évidemment à ce manque d’empathie qui est une constante des plus flagrantes d’un syndrome que je n’avais pas encore identifié. Je pensais même, à tort, que mes remarques, que ma tristesse affichée finiraient par le faire changer. Ignorante de l’autisme et des troubles associés, seulement guidée par mon amour et mon envie de voir Gabriel s’ouvrir à l’autre, je mis pourtant tout en œuvre pour l’aider à comprendre certaines situations, pour le guider dans sa perception des ressentis et dans sa façon de se montrer attentionné. Avec bonheur, je pus constater, au fil du temps qu’il s’y appliquait. S’il n’était pas encore en mesure d’adapter les réponses comportementales je sentais qu’il était néanmoins capable d’une certaine prise de conscience. Je supposais que ses lacunes étaient simplement la conséquence d’un manque de repères dans le cadre des relations familiales. J’appris plus tard « que l’on n’était guère démonstratif dans la famille ». Cela suffisait-il à avoir fait de Gabriel un homme à la fois tellement sensible et tellement incapable d’exprimer cette sensibilité ? 

....

Aspie je t'M- extrait-

1 commentaire:

  1. bouh .... Blogger me joue des tours pour la mise en page .... tant pis, je vous laisse en musique. Une fois n'est pas coutume.
    Bel été à vous tous, lecteurs, lectrices de passage ici ou bien vous qui avez déjà parcouru l'ouvrage.

    RépondreSupprimer

Votre commentaire est soumis à modération. Il sera publié dès que l'administrateur l'aura validé.