Dans Aspie je t'M Marie témoigne avec une extrême sensibilité de sa relation amoureuse avec un homme présentant le syndrome d'Asperger. Un témoignage fort qui se veut un phare, une petite étoile pour les personnes dans la même détresse que fut la sienne. Une très belle histoire d'amour.
La page d'accueil donne accès à la file des articles.
Les liens à droite ciblent ceux-ci selon la date, catégorie ou mot particulier (rechercher).
Les pages contenant des informations sur l'ouvrage s'ouvrent par les onglets ci-dessous.
Pour sélectionner la langue du blog utiliser l'onglet "translate"

mercredi 13 juillet 2016

Témoignage p.35 d'Aspiration

clic sur image pour agrandir
sinon lire ci-dessous

En rencontrant l’autisme qui m’est tombé dessus à la manière d’un coup de foudre, c’est en même temps au regard des autres que j’ai dû me confronter. Mon expérience hors-norme de neurotypique en amour avec un Asperger inquiéta mes proches au point qu’ils en vinrent à douter de ma santé mentale. Il faut bien avouer que le parcours s’est fait avec des excès à la limite parfois du supportable. Néanmoins je ne pouvais admettre les arguments chocs qu’ils avançaient pour m’inciter à quitter cet homme  : mon avenir ne pouvait se construire avec un « malade » je ne devais pas m’attacher à quelqu’un qui « n’éprouverait jamais rien, me ferait souffrir, ne serait pas capable de se mettre aux normes » et j’en passe. Quant à mon psy il m’interrogeait pour savoir ce que j’attendais « d’un homme présentant une psychose ».

Je pris ici pleinement conscience de ce que l’on nomme l’exclusion qui de toute évidence allait de pair avec l’ignorance. Les autistes faisaient partie des bannis et pour ne pas souffrir mieux valait ne pas nouer de liens avec eux. Laisser tomber cet homme qui avait touché mon cœur sous prétexte qu’il ne serait jamais un homme comme les autres… de ça je n’avais pas envie. Je décidai d’assumer, laissant à leurs convictions ceux qui refusaient d’admettre que l’autisme n’est pas une tare. D’autres mains heureusement se sont tendues, de celles qui avaient fait le chemin avant moi et acceptaient de me faire une place. Grâce à ma persévérance mon ami a pu être diagnostiqué et il accède désormais  à un chemin social et professionnel. C’est ma plus belle victoire. De mes proches, certains persistent à considérer l’autisme comme une maladie. D’autres ont accepté d’ouvrir leurs yeux, leur esprit, leur coeur, et c’est pour moi une autre victoire. S’ouvrir à la différence, y inviter les autres et permettre de dépasser tous les préjugés est à mon sens ce qui constitue une véritable amorce de l’inclusion, au sens littéral du mot par opposition à l’exclusion. Aller plus loin encore en admettant que les compétences des personnes présentant un TSA méritent d’être mises en valeur c’est faire un pas de plus vers le vivre ensemble. Si les enfants peuvent compter sur une nouvelle loi de 2014 favorisant l’inclusion scolaire, les adultes, ont toujours beaucoup de mal pour trouver la place qui est la leur. Soit il faut accepter d’en passer par le statut d’adulte handicapé, soit il faut s’adapter, toujours s’adapter pour vivre le plus « normalement » possible. Je comprends l’amertume des Aspergers qui déplorent la négligence des neurotypiques à leur égard, leur fermeture d’esprit et de cœur.  J’espère que la tendance pourra s’inverser. Je m’y emploie tout comme le font tellement d’associations oeuvrant pour l’autisme, en portant mon bâton de pèlerin ici et là pour témoigner que même l’amour avec un Asperger est possible. Même l’Amour ! Ça n’est pas peu dire !

A défaut de convaincre la majorité des NT, je voudrais dire aux NaT : « Continuez d’espérer. Il existe des neurotypiques qui ont envie de faire avec vous le chemin. Sachez les reconnaître et acceptez la porte ouverte. C’est ensemble, en témoignant que c’est possible et tellement formidable que nous parviendrons à faire admettre à la fois la nécessité de l’inclusion et son immense richesse humaine. »

Marie d’Ardillac. 
Enseignante et écrivain, auteur d’Aspie je t’M 

http://mariedardillac.blogspot.com


précision : NT : pour neurotypiques > désigne les personnes qui ne présentent pas le syndrome d'Asperger (SA) ou TSA (trouble du spectre autistique)
NaT : pour neuroatypiques > désigne les personnes présentant le SA ou TSA.

Voir par ailleurs sur ce blog : Ma réponse à l'ignorance 
http://mariedardillac.blogspot.fr/2015/10/reponse-la-stupidite.html

Aspiration n°9

Le numéro 9 du magazine Aspiration vient de paraître.

Comme à chaque fois un sommaire riche d'informations ayant trait à l'autisme, au SA mais pas seulement puisque ce numéro traite aussi de la musicothérapie, du sourire du chat, de la thérapie par le cirque, de la bande dessinée. on y trouve aussi un page jeux et cuisine.... 
Inclus également le Guide de l'employeur de personnes avec le syndrome d'Asperger et autisme de haut niveau, rédigé par Josef Schovanec. 11 pages destinées à l'employeur mais qui s'avère également très utile pour l'employé lui-même ainsi que pour ses collègues de travail 
Prix de vente : 8,50€
Renseignements-commandes : contact.aspiration@yahoo.fr

en cliquant sur l'image vous agrandirez le format 

mon témoignage en page 35 sur Amour et Asperger, et sur l'exclusion, le rejet parfois de l'entourage :