Dans Aspie je t'M Marie témoigne avec une extrême sensibilité de sa relation amoureuse avec un homme présentant le syndrome d'Asperger. Un témoignage fort qui se veut un phare, une petite étoile pour les personnes dans la même détresse que fut la sienne. Une très belle histoire d'amour.
La page d'accueil donne accès à la file des articles.
Les liens à droite ciblent ceux-ci selon la date, catégorie ou mot particulier (rechercher).
Les pages contenant des informations sur l'ouvrage s'ouvrent par les onglets ci-dessous.
Pour sélectionner la langue du blog utiliser l'onglet "translate"

mardi 2 février 2016

Et l'amour dans tout ça ?



A quelques jours du Café Rencontre organisé par Asperger Amitié au Royal Opéra à Paris qui aura pour thème l'Amour et le syndrome d'Asperger je vous livre un nouvel extrait d'Aspie je t'M :

...
Après m’avoir comblée de déclarations, s’être montré épris de façon tellement intense, il me déclara, comme ça, un jour :
— L'amour n'est rien.
— Comment cela, rien ?
— Dans le mariage l’amour n’existe pas. Le mariage n’est qu'un bête contrat entre un homme et une femme pour des intérêts communs. Cela n’a  rien à voir avec les sentiments. Sur le contrat de mariage il n'est aucunement fait mention d'amour. Juste d'assistance matérielle et morale, martela-t-il encore.
— Mais l’amour alors ? Notre amour ? Car tout de même entre nous il y a bien de l’amour ?
Il ne répondit pas franchement, ses yeux se firent très fuyants. Il lâcha seulement :
— Je ne suis pas fait pour l’amour.
Là, j’en tombai littéralement des nues ! Mon Petit Prince poète, mon bel oiseau épris, mon doux-rayon, tous ces qualificatifs que lui-même s’était attribués pour me séduire et parler d’amour, tout cela était donc à mettre à la poubelle ! Il n’était pas fait pour l’amour ! Et comme il avait déjà dit une fois « je n’attends rien de personne » il déclara :
— Je n’attends rien de l’amour.
Cette idée faisait voler en éclats tout ce que j’avais imaginé de notre relation. Gabriel était l’image même de l’amour. Après s’être offert à moi avec tout ce naturel d’amour qu’il portait en lui, il souhaitait à présent se détacher de cette image.
...
J’étais tombée amoureuse d’un jeune homme vraiment différent ! Hors du temps ! Décalé était bien le mot en l’occurrence ! 
       ........
 Le miroir se troublait et j’en vins à me poser la question. 
....... 
.......
Cette douloureuse remise en cause était-elle uniquement de mon fait ou bien d’autres partenaires d’autistes l’avaient-ils eux-mêmes expérimentée ? De cela non plus, je n’en savais rien et c’était une souffrance supplémentaire. Mon expérience, pourtant bien parcellaire, comme dirait Gabriel, me pousse à croire que d’autres personnes confrontées à l’amour avec un Aspie ont dû un jour se la poser.
Mon trouble ne pouvait être soulagé. Je ne pouvais prétendre à aucune réponse des professionnels qui me suivaient pour une banale dépression. ... Pour m’aider à me sortir de ce gouffre, ils me ramenaient toujours à moi, m’incitant à trouver les solutions en moi. Or, j’avais du mal avec ce moi, tourmenté par un syndrome qui m’était tombé dessus et bousculait tous les codes. Ma question n’était pas seulement "moi" mais "les TED et moi".
....

Extrait du chapitre 14. P. 145 à 148 

C'est vraiment avec un très grand plaisir que je réponds à l'invitation d'Asperger Amitié. A quelques jours de la Saint-Valentin, je suis sûre que ce nouveau Café rencontre sera l'occasion de moments très intenses de partages et d'émotions. 



2 commentaires:

  1. Merci Marie de ce bel extrait de votre livre; malheureusement je ne suis pas à Paris pour assister à cette soirée, quel dommage!
    Il me semble que les nt ont davantage d'attentes, même si "licites", que n'en ont les aspies.
    Nous devrions peut-être apprendre à mieux vivre dans le "Quiedora"; l'ici et maintenant, puisque finalement, c'est la seule chose qui existe et que nous ayons: l'inspire et l'expire, ce souffle, qui respire, sans "nous", sans notre mental... véronique

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Véronique, Merci de votre commentaire. Certes les attentes des uns et des autres sont très différentes, mais pas forcément si éloignées. D'ailleurs, d'un Aspie à l'autre,la conception même de l'amour peut être différente de par les ressentis - ce que les Aspies définissent souvent par "vibrations" - de par la relation qui s'installe avec des codes, des gestes propres à chacun selon sa personnalité propre ... J'espère que la rencontre permettra d'aborder tout cela pour faire avancer la notion d'Amour sous les deux angles de vue : nt et nat. C'est cela qui est pour moi le plus merveilleux dans ces rencontres et ce qui à mon sens favorise ce que l'on pourrait qualifier "d'inclusion".(sujet qui sera je crois au sommaire du prochain numéro d'Aspiration) Et je vais aller plus loin en signifiant que l'inclusion doit se faire de part et d'autre. J'essaierai d'expliquer cette idée lors du café.

      Supprimer

Votre commentaire est soumis à modération. Il sera publié dès que l'administrateur l'aura validé.