Dans Aspie je t'M Marie témoigne avec une extrême sensibilité de sa relation amoureuse avec un homme présentant le syndrome d'Asperger. Un témoignage fort qui se veut un phare, une petite étoile pour les personnes dans la même détresse que fut la sienne. Une très belle histoire d'amour.
La page d'accueil donne accès à la file des articles.
Les liens à droite ciblent ceux-ci selon la date, catégorie ou mot particulier (rechercher).
Les pages contenant des informations sur l'ouvrage s'ouvrent par les onglets ci-dessous.
Pour sélectionner la langue du blog utiliser l'onglet "translate"

mardi 16 août 2016

Pour commander

Envois dans le monde entier.   
Utilisez le formulaire de contact - marge droite. Indiquez vos nom, adresse postale, le nombre d'ouvrages commandés, les modes de paiement et d'envoi. 
Commandes possibles quelle que doit la devise grâce au paiement paypal. 



Le marque-page est réservé aux commandes sur ce site

Un courrier touchant

Je remercie toutes les lectrices (et quelques lecteurs) qui m'adressent leurs impressions après la lecture de l'ouvrage. Certains, certaines acceptent que quelques lignes soient ici publiées et je leur en suis très reconnaissance. Ces échanges, ces partages sont une richesse extraordinaire. Si Aspie je t'M n'avait pas été publié jamais je n'aurais su que nous étions si nombreuses  à vivre avec autant de courage et de volonté, l'Amour avec un Asperger. Les témoignages d'hommes que j'ai reçus sont tous des témoignages d'hommes eux-mêmes Asperger. (voir la page "courrier des lecteurs") > cliquer sur ce lien



Sent: Monday, August 15, 2016 9:55 PM
To: Marie d'Ardillac
Subject: Re: [Aspie je t'M] Nouveau message reçu

(extrait)

J'ai terminé la lecture de votre ouvrage il y a 3 jours et j'ai trouvé beaucoup de similitudes quant à notre ressenti face aux curieuses réactions que peuvent avoir les aspies.

Comme vous, je me suis posée la question de savoir si je n'avais pas un être pervers en face de moi, comme vous, je me suis demandée ce qui pouvait m'animer dans cette relation, étais-je moi même dans l'autisme ?...
Je parle relation et non d'histoire, car comme vous le faites justement remarquer, on ne peut vivre qu'un présent avec un autiste. Un présent. Juste un présent. Un moment où son temps à lui est en connexion avec notre temps à nous.
Il ne s'inscrit pas dans l'histoire. Il ne demande pas, ne projette pas, il manque de sollicitude pour l'autre.
D'ailleurs où et comment se situe l'Autre chez l'autiste? Il semble évident que sa notion d'Alterité est très différente de la nôtre. Quelquefois je me demande si je ne fais pas que lire en lui  le reflet de mes propres désirs?...Qu'y a t-il derrière cette projection? Le reste semble si opaque!


Je lui avais déjà parlé de son trouble mais votre livre m'a donné l'occasion d'en reparler avec lui, pour comprendre, ensemble, les mauvaises réponses qu'il apporte parfois à mes demandes. Il emploie les termes de déprogrammation et reprogrammation pour y remédier. Ces termes me font sourire et pourtant il s'agit bien de cela pour eux; trouver le programme qui s'adapte le mieux pour se fondre dans la société.

Merci encore pour ce généreux partage.

(Ne pas publier mon prénom svp)


mercredi 13 juillet 2016

Témoignage p.35 d'Aspiration

clic sur image pour agrandir
sinon lire ci-dessous

En rencontrant l’autisme qui m’est tombé dessus à la manière d’un coup de foudre, c’est en même temps au regard des autres que j’ai dû me confronter. Mon expérience hors-norme de neurotypique en amour avec un Asperger inquiéta mes proches au point qu’ils en vinrent à douter de ma santé mentale. Il faut bien avouer que le parcours s’est fait avec des excès à la limite parfois du supportable. Néanmoins je ne pouvais admettre les arguments chocs qu’ils avançaient pour m’inciter à quitter cet homme  : mon avenir ne pouvait se construire avec un « malade » je ne devais pas m’attacher à quelqu’un qui « n’éprouverait jamais rien, me ferait souffrir, ne serait pas capable de se mettre aux normes » et j’en passe. Quant à mon psy il m’interrogeait pour savoir ce que j’attendais « d’un homme présentant une psychose ».

Je pris ici pleinement conscience de ce que l’on nomme l’exclusion qui de toute évidence allait de pair avec l’ignorance. Les autistes faisaient partie des bannis et pour ne pas souffrir mieux valait ne pas nouer de liens avec eux. Laisser tomber cet homme qui avait touché mon cœur sous prétexte qu’il ne serait jamais un homme comme les autres… de ça je n’avais pas envie. Je décidai d’assumer, laissant à leurs convictions ceux qui refusaient d’admettre que l’autisme n’est pas une tare. D’autres mains heureusement se sont tendues, de celles qui avaient fait le chemin avant moi et acceptaient de me faire une place. Grâce à ma persévérance mon ami a pu être diagnostiqué et il accède désormais  à un chemin social et professionnel. C’est ma plus belle victoire. De mes proches, certains persistent à considérer l’autisme comme une maladie. D’autres ont accepté d’ouvrir leurs yeux, leur esprit, leur coeur, et c’est pour moi une autre victoire. S’ouvrir à la différence, y inviter les autres et permettre de dépasser tous les préjugés est à mon sens ce qui constitue une véritable amorce de l’inclusion, au sens littéral du mot par opposition à l’exclusion. Aller plus loin encore en admettant que les compétences des personnes présentant un TSA méritent d’être mises en valeur c’est faire un pas de plus vers le vivre ensemble. Si les enfants peuvent compter sur une nouvelle loi de 2014 favorisant l’inclusion scolaire, les adultes, ont toujours beaucoup de mal pour trouver la place qui est la leur. Soit il faut accepter d’en passer par le statut d’adulte handicapé, soit il faut s’adapter, toujours s’adapter pour vivre le plus « normalement » possible. Je comprends l’amertume des Aspergers qui déplorent la négligence des neurotypiques à leur égard, leur fermeture d’esprit et de cœur.  J’espère que la tendance pourra s’inverser. Je m’y emploie tout comme le font tellement d’associations oeuvrant pour l’autisme, en portant mon bâton de pèlerin ici et là pour témoigner que même l’amour avec un Asperger est possible. Même l’Amour ! Ça n’est pas peu dire !

A défaut de convaincre la majorité des NT, je voudrais dire aux NaT : « Continuez d’espérer. Il existe des neurotypiques qui ont envie de faire avec vous le chemin. Sachez les reconnaître et acceptez la porte ouverte. C’est ensemble, en témoignant que c’est possible et tellement formidable que nous parviendrons à faire admettre à la fois la nécessité de l’inclusion et son immense richesse humaine. »

Marie d’Ardillac. 
Enseignante et écrivain, auteur d’Aspie je t’M 

http://mariedardillac.blogspot.com


précision : NT : pour neurotypiques > désigne les personnes qui ne présentent pas le syndrome d'Asperger (SA) ou TSA (trouble du spectre autistique)
NaT : pour neuroatypiques > désigne les personnes présentant le SA ou TSA.

Voir par ailleurs sur ce blog : Ma réponse à l'ignorance 
http://mariedardillac.blogspot.fr/2015/10/reponse-la-stupidite.html

Aspiration n°9

Le numéro 9 du magazine Aspiration vient de paraître.

Comme à chaque fois un sommaire riche d'informations ayant trait à l'autisme, au SA mais pas seulement puisque ce numéro traite aussi de la musicothérapie, du sourire du chat, de la thérapie par le cirque, de la bande dessinée. on y trouve aussi un page jeux et cuisine.... 
Inclus également le Guide de l'employeur de personnes avec le syndrome d'Asperger et autisme de haut niveau, rédigé par Josef Schovanec. 11 pages destinées à l'employeur mais qui s'avère également très utile pour l'employé lui-même ainsi que pour ses collègues de travail 
Prix de vente : 8,50€
Renseignements-commandes : contact.aspiration@yahoo.fr

en cliquant sur l'image vous agrandirez le format 

mon témoignage en page 35 sur Amour et Asperger, et sur l'exclusion, le rejet parfois de l'entourage : 

vendredi 6 mai 2016

Site ouvert


Commandes à nouveau possibles 
sur le site  



Prochain salon : 

> Saint-Cyr sur Loire 
les 28 et 29 mai

jeudi 7 avril 2016

Courrier d'une lectrice

Merci Anne, d'avoir accepté qu'une partie de votre message soit publié ici. 

-----Message d'origine----- From: anne ...
> Sent: Thursday, April 07, 2016 7:58 PM
> To: Marie d'Ardillac
> Subject: Re: [Aspie je t'M] Nouveau message reçu
>
> J'ai commandé votre livre le mois dernier, je l'ai attendu avec impatience, l'ai dévoré, relu, annoté, puis digéré pour laisser l'émotion retomber un peu. Je tenais à vous dire combien votre témoignage a été source de soulagement pour moi. C'est la première fois que je lis quelque chose qui évoque Asperger et l'Amour dans le monde des adultes non diagnostiqués. Dieu sait pourtant que j'ai lu beaucoup de choses sur Asperger, en anglais comme en français, des kilomètres de littérature spécialisée, de témoignages, d'interviews, de conférences et de forums à faire pâlir les annexes de votre livre pourtant bien complètes sur le sujet ;) Mais je n'ai finalement rien lu sur le brouillard invisible que le syndrome laisse flotter quand on ne peut le nommer et qu'il se fond dans la douceur des sentiments.
> Votre récit m'a aidé à me libérer d'une certaine culpabilité, celle d'être tombée amoureuse d'un homme différent sans avoir pris conscience avant la rupture (sur une période beaucoup plus courte que la vôtre mais en se voyant tous les jours, ce qui revient sans doute un peu au même parcours) que ce qui nous animait était aussi ce qui nous abimait. Vous m'avez aussi permis de mettre le doigt sur ce qui, un an après la rupture, m'empêche de faire le deuil de cette histoire. 
>..... > Je voulais surtout vous dire que votre livre a trouvé un écho incroyable en moi et que j'espère que votre Petit Prince aura su réouvrir son coeur pour partager le très bel Amour que vous lui portez. Si pourtant ça ne devait pas être aussi simple, sachez que vous avez contribué à rendre mon coeur un peu plus léger là où tous mes proches et les professionnels de santé que j'ai vus n'ont finalement pas dépassé le "respire, bois un coup…ça va passer" ;-)
> MERCI
> Anne

Le témoignage d'Anne est ajouté à la page des lecteurs, ici > http://mariedardillac.blogspot.fr/p/blog-page_16.html

lundi 21 mars 2016

Magazine Aspiration

Le nouveau  numéro du magazine Aspiration vient de paraître. 

Un numéro qui affirme sa qualité tant par son contenu que par sa conception technique.

Au sommaire  >

Témoignages de Christophe Haligon, Asperger, père de famille et professionnel reconnu et de Maryse Maligne, chercheur et docteur en criminologie, qui a réalisé entre autres la préface d'Aspie je t'M

Les dossiers : Nos amis les robots
Zoom sur Olivier Lockert, hypnothérapeute humaniste
Etre bien : des idées d'évasion, hébergements insolites
Entre nous : La communication non verbale



Prix du numéro : 5,90€
Frais d'envois > de 1 à 4 magazines : 4,90 €
                        > de 5 à 10 : 5,90 €

Infos - commandes >  contact.aspiration@yahoo.fr
ou bien
Sur le site d'Asperger Amitié. Infos en marge gauche. 
 http://www.asperger-amitie.com/qui-sommes-nous/



dimanche 20 mars 2016

Prochains salons

Figeac (Lot)
dimanche 10 avril
stand SAPC
*
Dieppe-Rousmesnil-Bouteilles (Seine Maritime)
samedi 23 et dimanche 24 avril
*
Saint-Cyr-sur-Loire (Indre et Loire)
samedi 28 et dimanche 29 mai
*
Poitiers (Vienne)
samedi 4 juin
stand SAPC
*

lundi 8 février 2016

Café d'Asperger Amité du 6 février 2016


Cette matinée du samedi 6 février fut vraiment une matinée exceptionnelle. 
Plus de cinquante personnes avaient pris place à l'étage du Royal Opéra. Jusqu'à 11h les participants arrivaient encore. Les places étant toutes prises, les derniers arrivés s'installaient ici ou là, sur les marches des escaliers, tandis que d'autres restaient debout.
Miriam Sarbac, la dynamique présidente d'Asperger Amitié a été parfaite dans son rôle de maîtresse de cérémonie avec la générosité et la bienveillance qui la caractérisent.
Le public était composé tant par des Aspies que par des neurotypiques. Célibataires, personnes en couples, parents, conjoints ..., tous se sont montré intéressés par la thématique que j'ai pu développer autour d'Aspie je t'M en répondant aux questions de Miriam et à celles du public. Tout comme certains participants Jeanne et Matthieu ont souhaité évoquer leur expérience sentimentale et leur parcours en couple.
La matinée a vraiment été riche et intense. 
La séance de dédicace qui clôturait la matinée a permis des échanges plus personnels, chargés d'émotions. J'espère que les contacts pourront se poursuivre par le biais des mails échangés.
Merci encore à Miriam qui a permis cette belle matinée et bravo à elle pour son investissement pour la cause de l'autisme et du syndrome d'Asperger.
Le site d'Asperger Amitié donne un aperçu de ce qui est mis en oeuvre par cette association. (lien ci-dessous)
Le magazine semestriel Aspiration est également une belle réalisation. Le prochain à paraître en mars-avril traitera entre autres sujets de la relation sentimentale.

http://www.asperger-amitie.com/qui-sommes-nous/

mardi 2 février 2016

Et l'amour dans tout ça ?



A quelques jours du Café Rencontre organisé par Asperger Amitié au Royal Opéra à Paris qui aura pour thème l'Amour et le syndrome d'Asperger je vous livre un nouvel extrait d'Aspie je t'M :

...
Après m’avoir comblée de déclarations, s’être montré épris de façon tellement intense, il me déclara, comme ça, un jour :
— L'amour n'est rien.
— Comment cela, rien ?
— Dans le mariage l’amour n’existe pas. Le mariage n’est qu'un bête contrat entre un homme et une femme pour des intérêts communs. Cela n’a  rien à voir avec les sentiments. Sur le contrat de mariage il n'est aucunement fait mention d'amour. Juste d'assistance matérielle et morale, martela-t-il encore.
— Mais l’amour alors ? Notre amour ? Car tout de même entre nous il y a bien de l’amour ?
Il ne répondit pas franchement, ses yeux se firent très fuyants. Il lâcha seulement :
— Je ne suis pas fait pour l’amour.
Là, j’en tombai littéralement des nues ! Mon Petit Prince poète, mon bel oiseau épris, mon doux-rayon, tous ces qualificatifs que lui-même s’était attribués pour me séduire et parler d’amour, tout cela était donc à mettre à la poubelle ! Il n’était pas fait pour l’amour ! Et comme il avait déjà dit une fois « je n’attends rien de personne » il déclara :
— Je n’attends rien de l’amour.
Cette idée faisait voler en éclats tout ce que j’avais imaginé de notre relation. Gabriel était l’image même de l’amour. Après s’être offert à moi avec tout ce naturel d’amour qu’il portait en lui, il souhaitait à présent se détacher de cette image.
...
J’étais tombée amoureuse d’un jeune homme vraiment différent ! Hors du temps ! Décalé était bien le mot en l’occurrence ! 
       ........
 Le miroir se troublait et j’en vins à me poser la question. 
....... 
.......
Cette douloureuse remise en cause était-elle uniquement de mon fait ou bien d’autres partenaires d’autistes l’avaient-ils eux-mêmes expérimentée ? De cela non plus, je n’en savais rien et c’était une souffrance supplémentaire. Mon expérience, pourtant bien parcellaire, comme dirait Gabriel, me pousse à croire que d’autres personnes confrontées à l’amour avec un Aspie ont dû un jour se la poser.
Mon trouble ne pouvait être soulagé. Je ne pouvais prétendre à aucune réponse des professionnels qui me suivaient pour une banale dépression. ... Pour m’aider à me sortir de ce gouffre, ils me ramenaient toujours à moi, m’incitant à trouver les solutions en moi. Or, j’avais du mal avec ce moi, tourmenté par un syndrome qui m’était tombé dessus et bousculait tous les codes. Ma question n’était pas seulement "moi" mais "les TED et moi".
....

Extrait du chapitre 14. P. 145 à 148 

C'est vraiment avec un très grand plaisir que je réponds à l'invitation d'Asperger Amitié. A quelques jours de la Saint-Valentin, je suis sûre que ce nouveau Café rencontre sera l'occasion de moments très intenses de partages et d'émotions. 



samedi 28 novembre 2015

Séjour parisien - novembre 2015 - émissions de radio et remise des prix handi-livres

... quelques photos décalées, insolites. Photos de vie. Photos d'espoir. Paris est beau. Paris c'est la Vie. Paris c'est la Liberté.
Photos toutes simples. Sans retouche. Sans artifice.  Quelques jours seulement après les attentats, lors de mon séjour pour la remise des prix Handi-livres.

Photos Marie d'Ardillac.
Tous droits réservés.

Les nominés sont ...

 Les nominés sur grand écran
http://www.fondshs.fr/le-prix-handi-livres/prix-handi-livres-2015-categorie-roman

mardi 17 novembre 2015

Desde Francia hasta España y America del Sur


Para lectores de idioma española, de España o America del Sur...
Traducir con la viñeta a  la derecha ... 
Precision > El titulo ... En frances, foneticamente la letra M se dice "aime" .. Aspie je t'M. Aspie je t'aime. Aspie te quiero. La letra M tiene su importancia para la historia. M como Maria pero no solo ...M como misterio ... el misterio con que me quedo ... A como Amor, M como aMor ...etc, etc ...
____________
"Ce qu’il aimait par-dessus tout et qu’il m’écrivait ou me racontait avec force détails, c’étaient ses balades en solitaire dans la campagne et les bois. Les fleurs, les arbres, les animaux. Je le sentais toujours intéressé et presque ému par ses découvertes : un renard ou un chevreuil au détour d’un chemin, une couleuvre au creux d’un sillon, le premier muguet, la sève des arbres qui tombait sur sa main, et cela inondait de bonheur nos conversations ou les mails que nous échangions le dimanche soir. J'attribuais ce besoin excessif de se raconter, au fait que sa vie de reclus ne lui permettait pas de s’exprimer au quotidien, et ne m’en inquiétais pas outre mesure.
— Tu es la seule à qui je raconte tout cela, affirmait-il.

Notre correspondance privée et la relation téléphonique qui devenait de plus en plus régulière ne nous avaient pas fait abandonner pour autant nos échanges poétiques sur le forum. Nos envolées à quatre mains se faisaient toujours plus belles, enrichies à l’évidence par ce que nous découvrions l’un de l’autre en coulisse. J’en apprenais toujours plus sur Gabriel. Il racontait, il disait tout. Son enfance. Son adolescence. Son service militaire. Les confidences étaient ponctuées de poèmes et de déclarations comme jamais je n’en avais reçues de toute ma vie. Gabriel était décidément un être extra-ordinaire.
Le réel se matérialisa encore davantage le jour où je reçus dans ma boîte à lettres une enveloppe sur laquelle, à la suite de mon nom, figurait en guise d’adresse : Camino de las estrellas. Il fallait oser ! Oser transgresser les conventions adultes et normalisées pour écrire de telles choses sur une enveloppe ! Je fus à la fois attendrie et impressionnée par cette touche de poésie qui s’affichait aux yeux de plein de monde par l’entremise d’une enveloppe ayant traversé la France entière, fait le tour de l’agence postale de mon secteur, puis s’était baladée dans la sacoche du facteur qui avait bien dû être interpellé par cette bizarrerie. Pero mi corazon de niña soudain réveillé par cette innocence et cette beauté qui s’exprimaient en toute simplicité se mit à battre fort. La beauté était bien là ! Comment croire alors à une défaillance pathologique qui ferait de Gabriel une personne perverse ?

Principito, tu ne peux pas savoir quelle fut mon émotion de recevoir cette première lettre. Tenir dans mes mains le papier, toucher les mots que tu avais mis beaucoup d'application à écrire était pour moi un cadeau à nul autre pareil.
Tu te faisais présent sur cette feuille et encore plus dans mon cœur."
p. 163 

_________________
Otros trozos en la pagina > http://mariedardillac.blogspot.fr/p/entrez-dans-lhistoire.html

mercredi 11 novembre 2015

Deux nouvelles adresses pour Aspie je t'M

Librairie la Maison Bleue

13, rue Lucien-Dumas
87200 Saint Junien 
05 55 32 89 56 


Librairie Wallonie Bruxelles  

46 rue Quincampoix 
75004 Paris
01 42 71 58 03
 

et cadeau ...
un nouvel extrait de l'ouvrage  > 

jeudi 22 octobre 2015

Aspiration

Aspiration est le magazine d'Asperger Amitié. Si le syndrome d'Asperger reste le fil conducteur d'articles permettant aux familles de trouver des pistes de réflexion et des réponses pratiques, Aspiration aborde également des sujets variés. Dans le numéro de septembre, outre des articles très ciblés traitant de la génétique et l'autisme, d'autres traitent de la mémoire, de l'art, de la pédagogie Steiner mais aussi ... du chocolat.  Kirikou, figure en couverture pour nous présenter le projet LearnEnjoy*.

Vous pouvez commander Aspiration en envoyant vos coordonnées à : contact.aspiration@yahoo.fr ou ou par téléphone au 01 30 72 52 27


 projet LearnEnjoy de Gaele Regnault à découvrir ici
 https://play.google.com/store/apps/details?id=com.learnenjoy.kirikou

dimanche 18 octobre 2015

jeudi 15 octobre 2015

Toulouse

toulouse, salon, gourmet des lettres, livres, amour, asperger
Cérémonie des remises du prix Gourmets de lettres : 
Aspie je t'M  
 "Nominé" 

mardi 6 octobre 2015

Couleur

Le site change de couleur.
Le contraste orange-bleu devrait permettre une lecture plus aisée pour tous les lecteurs. 

lundi 5 octobre 2015

Ma réponse à l'ignorance


"Oui je pense à cette maladie qui empoisonne la vie du malade mais surtout de son entourage ; car lui, le malade, ne se rend pas toujours compte des conséquences.
Ton malheur à toi, c'est de t'être accroché à lui, sans connaitre le problème et que maintenant la maladie est plus forte que tout, même l'amour.
Ils n'ont pas besoin de sentiments, parce qu'ils ne ressentent rien , ni la douleur, ni le bonheur. On a l'impression , mais non, ça ne change pas.
Oui tu t'es mis dans ce monde renfermé, pas toujours facile . Si tu as des personnes qui viennent vers toi, alors tant mieux, mais ne t'abrutis pas dans ce monde.
Tu as préféré de mettre dans ce monde, pourquoi ? C'est difficile à expliquer, mais peut-être que toi aussi, ton cerveau te joue des tours.
Il te faut choisir un monde où tu peux vivre sereinement.
Je sais ce n'est pas évident pour toi, mais tu sais il y a bien des gens qui ont des problèmes peut-être beaucoup plus graves ; il faut optimiser, se dire qu'il y a toujours pire."

Ma réponse :
Le Trouble du Spectre Autistique et sa variante Syndrome d’Asperger n’est pas une maladie. Je parle plus volontiers de particularité, de différence avec cette appréhension hors-norme du monde qui caractérise le syndrome. A savoir si cette particularité peut empoisonner la vie de la personne et de son entourage ... Je dirais avant tout qu’elle complique un peu, beaucoup parfois, la vie, mais que l’on en meurt moins que de l’ingestion d’arsenic ou plus couramment de produits médicamenteux, ou de l'emploi de produits phytosanitaires.
Les conséquences ? que savons-nous, les uns et les autres des conséquences de nos actes, de nos vies, de nos prises de position ? Quelle est notre lucidité à nous, neurotypiques (pardon, je devrais dire "à nous, gens normaux") par rapport au monde, aux événements et à tout le reste ?
Mon malheur de m’être accrochée sans connaître et la maladie plus forte que l’amour... Mon malheur, sache-le, a été causé au début de mon histoire uniquement par l’ignorance. Par ce mystère dont je ne parvenais pas à démêler les noeuds. Je ne connaissais rien à l’autisme quand celui-ci m'est tombé dessus en même temps que l'Amour. 
Je ne me suis accrochée à rien du tout, ni à personne, juste laissée porter par l'Amour, l'Amour immense, absolu, celui qui s'offrait à moi et que j'ai découvert véritablement avec cette rencontre hors-normes. Je ne développerai pas ici les raisons que l'on a, ou que l'on ne doit pas avoir, de tomber en Amour, comme disent si poétiquement nos cousins d'Outre-Atlantique. Effectivement cela m'a conduite dans un tunnel, sombre, dans lequel j'ai dû me débattre seule, pour rejoindre une sortie sans vouloir lâcher la main qui s'était posée dans la mienne. Mais aujourd’hui je peux dire que l’Amour a été le plus fort. Car non seulement j’ai compris et j’en aime encore plus mon Petit Prince, même si lui, ne parvient pas à tout saisir. Mon chemin lui a également permis d'accéder au diagnostic qui change aujourd’hui sa vie.
Ils ne ressentent ni le malheur, ni le bonheur ... ils ne changent pas !
J’ai mal de lire ça, de voir que l'on peut réduire les personnes atteintes d'autisme à l’état de personnes sans cœur, sans âme et surtout sans espoir de progresser. Il s'agit là d'un postulat que je trouve indigne ... Moi, je m'émerveille chaque jour de voir comment "ils" peuvent changer, comment ils peuvent évoluer pour peu que l’on veuille leur tendre la main, leur tenir le cœur, leur ouvrir les yeux, les conduire, les aider à cheminer.
Certes tu as fait beaucoup pour m'aider, mais qu’as-tu compris de ce que je t’ai confié ? qu'as-tu saisi de cet océan où effectivement je m’étais jetée au risque de me noyer ?
Le pire est ce qui suit : Ils n’ont pas besoin de sentiments
Comme je suis triste de lire ça !  Ces "ils"  sont avant tout des personnes. Pour chaque personne, plus largement, pour chaque  être vivant, la considération, l’attention, les sentiments, et surtout l’amour est ce qu’il y a de plus vital. Par l’amour que j’ai donné à mon Petit Prince, il n’a jamais autant progressé de toute sa vie, jamais autant avancé sur le chemin de sa propre connaissance,  sur le chemin de la réussite sociale et professionnelle. Et quand je vois son sourire devant mes surprises, devant mes rires, devant nos déjantages rien qu'à nous deux, quand je vois aussi sa peine, sa bulle sombre parfois qui me rend triste aussi ... alors je me dis que ceux qui ne comprennent pas que derrière tout cela c'est l'amour, c'est l'humain, c'est la vie, oui, ceux qui ne comprennent pas ça sont à plaindre. Car ici se trouve le bonheur, se trouve la vie pour laquelle l’amour est la plus belle clef.
Je m’abrutirais dans ce monde ? Devenir brute... J'ai au contraire le sentiment que j'ai appris à devenir plus douce, plus tendre, plus humble aussi, plus simple. Mais je peux aussi être brute de brute, oui, parce que pour moi le naturel est la meilleure des choses et la sincérité le meilleur des discours. (Merci à un de mes amis pour cette phrase qui est mon anti-trac préféré). Et aussi parce que lorsque les choses me révoltent je les dis encore, sans chercher à me fondre dans le moule des conventions. Dans ce monde, où j’ai été entraînée malgré moi mais sans doute aussi, paradoxalement, de mon plein gré,  je m'y sens bien au point de regretter parfois de devoir retourner dans le monde des « normaux ». 
Pourquoi j’ai préféré ce monde ? Parce les personnes y sont belles. Elles ont un cœur. Chaque jour il en est une qui vient me surprendre. Par un mot, par un regard, par une création artistique, par un petit pas de plus, que sais-je encore. Parce qu’enfin, auprès d’elles, je trouve ma place. Elles m’apportent un regard vrai, pur, sur la vie. Elles m’ont permis de m’ouvrir à des choses qui m’étaient inconnues, de changer mon regard sur le monde, sur les gens, sur la vie. Et sur moi. Et de cela je leur suis reconnaissante. Elles me donnent une place dans la vie en me permettant de les accompagner. En m’accordant leur confiance comme l’a fait un jour cet homme qui est venu me chercher et que j’ai aimé sans concession. Peut-être aussi comme tu le dis, est-ce parce que mon cerveau me joue des tours. Sans doute. Des tours. Une farce. Des pirouettes. Des clins d’œil à la vie. Différents. Décalés. Serais-je folle ? C'est vrai, je n'ai jamais rien fait comme les autres, les autres, dont le regard m'a souvent empêché de respirer librement. Mais la vie, n’est-ce pas cela ? Quoi de mieux pour avancer que d’aller vers d’autres mondes, vers d’autres cœurs ? Quoi de mieux que se laisser surprendre ? Que de chercher à comprendre ? N’est-ce pas cela évoluer ? N’est-ce pas cela vivre et grandir ? Cela n'est pas facile. Ce n'est guère confortable quand la souffrance dépose ses voiles. Mais lorsque le tunnel est franchi c'est la lumière qui vous prend tout entier et vous rend plus fort.
Des problèmes beaucoup plus graves … je sais, j’ai de la chance, je n’ai pas de diabète, pas de cholestérol, j’ai mes 4 membres je n’ai pas de cancer. J’ai failli par deux fois fermer la porte à la vie à tout jamais, mais ce n’est pas grave. Ça c’était ma tête. Ma tête ! Mon cerveau qui me joue des tours. Peut-être aussi mon coeur (dois-je me plaindre d'en avoir un ?) … C’était simplement de ma faute. Un égarement impardonnable car ce que je traversais au fond n’avait rien de grave. J’étais juste tombée amoureuse d’un Asperger.
Oui, j’ai la santé, et je fais tout pour la garder. Je cours un peu chaque jour, je nage, je danse, je marche, j’écris, j’aime la peinture et la musique. Je prends soin de mon alimentation. Quoi d’autre ? Ah oui ! Je continue d’aimer un homme, beau et différent. Et lui … lui, je ne sais pas. Je sais juste qu’il fait au mieux dans sa vie d’homme et je suis heureuse d’y contribuer toujours un peu. Même de loin.

Quant au meilleur, au pire ... je n'en sais rien. Chacun a "son"meilleur et "son" pire. Chaque meilleur, chaque pire est respectable car chaque personne est unique. 

lire des extraits de l'ouvrage > clic 


samedi 3 octobre 2015

Crazy in love - Mozart et la baleine

rain man, film, vidéo, autisme, asperger, amour

Rain Man fut le premier. On peut le trouver caricatural. Moi je l'aime bien car sous ce que certains peuvent considérer comme un trait trop forcé, il démonte certains modes de fonctionnements, peut-être plus d'ailleurs, concernant les fonctionnements des neurotypiques. Il met le doigt sur la perception de la différence. Sur la relation aussi, sur les sentiments. Si l'on fait fi de certains comportements de Rain Man on peut vraiment y entrevoir ce qui fait les facettes extrêmes de l'autisme tant dans ses aspects difficiles que dans ses aspects humainement superbes. 

Le monde de Nathan est le dernier. Je n'ai pas pu le voir. Trop vite délaissé dans les salles ordinaires. Les salles d'art et d'essai prendront-elles le relais ? 

En attendant je vous propose de voir, ou revoir, le superbe Mozart et la baleine. L'amour, ici, concerne deux personnes atteintes du TSA-SA. 

C'est une rencontre hier soir, fortuite, mais de ces rencontres toujours précieuses, qui m'incite à ouvrir sur ce blog une catégorie vidéo. Vous ai-je dit que depuis ma plongée dans ce monde bleu les rencontres n'en finissent pas de se faire, belles, de cette synchronicité qui interpelle toujours, de ces hasards que Jean-François Vézina qualifie de "nécessaires" ? Les Aspies ont ce quelque chose de troublant qui vous entraîne malgré vous vers ... le merveilleux.

https://www.youtube.com/watch?v=FGdG-5MPvGQ

cliquer sur l'image


lundi 21 septembre 2015

Prochaines rencontres dans le Sud-Ouest

salons, livre, amour, asperger, sud-oest, marie d'ardillac, aspie je t'm, littéraire, témoignage, chasseneuil sur bonnieure, toulouse,  

Chasseneuil sur Bonnieure et Toulouse


mardi 15 septembre 2015

Salon de Pons

pons, charente maritime, livres, auteurs, salon, médiathèque, pierre sénillou,marie d'ardillac,
 http://www.mediatheques-haute-saintonge.com/AgendaCulturel/Portal/Event.aspx?INSTANCE=EXPLOITATION&ID=155

lundi 10 août 2015

Autisme Regards Croisés

un blog à l'initiative de deux jeunes femmes présentant le SA (syndrome d'Asperger). On y trouve des récits de vie et des références utiles pour comprendre les TSA (troubles du spectre autistique) et le SA. Beaucoup d'espoir sur leurs pages

Mon témoignage > ici

L'Île aux livres

 île aux livres, ré,salon, bois-plage,

Trois jours intenses. De belles rencontres. 
Expériences partagées, confidences en demi-teinte souvent, mais si l'autisme a sa part d'ombre, la lumière n'est pas non plus absente.
Merci pour vos sourires. Sourires partagés et dans leur silence les émotions reconnues. 

samedi 1 août 2015

samedi 20 juin 2015

un nouveau commentaire

Le commentaire de Jérôme sur l'article l'Amour à travers le prisme d'Asperger ... 
et celui d'Anne-Laure sur la page réservées aux commentaires lecteurs

mercredi 17 juin 2015

Espace presse

presse, aspie je t'm, articles, journaux, autisme, asperger, amour, relation sentimentale, 

 

> clic

   

mercredi 27 mai 2015

Chapiteau du livre

chapiteau du livre, saint-cyr sur loire, indre et loire, parc de la perraudière, tours, Aspie je t'M, marie d'ardillac,  

Chapiteau du Livre 

Saint-Cyr sur Loire -  

Tours (37)

http://www.chapiteau-du-livre.com/

29 et 30 mai

samedi 16 mai 2015

l'Amour dans le prisme Asperger

amour, asperger, autisme, livre, roman, A comme, Aspie je t'M, Genève, Pons, Saint-Cyr sur Loire, salon, conférence, 

https://vimeo.com/62455732

de Amour 
A de Asperger
la lumière se fait arc-en-ciel sublimé

de Amour
A de Asperger
sans le premier le second ne peut exister

extraits de l'ouvrage > ici


samedi 9 mai 2015

Conférence à la médiathèque de Pons (17)

amour, asperger, autisme, livre, ouvrage, aspie, médiathèque, pons, conférence, genève, salon du livre, rencontre

https://drive.google.com/drive/my-drive?ltmpl=drive 




mercredi 6 mai 2015

Genève a tiré le rideau

Genève, salon, livre, amour, asperger, relation sentimentale, couple, forum, marie d'ardillac, véronique lagorce, coatch, vie, hypersensibilité, librairie Payot,

Les échanges, forts, bouleversants parfois, ont fait suite à la conférence et se sont poursuivis sur chaque jour du salon, confortant l'idée que cet ouvrage permet le dialogue et l'ouverture à la différence, invitant ceux qui sont concernés de se découvrir, se redécouvrir. Eux, face à face avec leur moi personnel. Eux face à ceux qui les aiment véritablement. Sans fausse empathie. Sans faux-semblants. Accepter profondément la différence. Ne pas la nier ni la repousser. Ne pas faire de l'autre le jouet d'un quelconque point de vue malsain ou étriqué.

Je suis heureuse d'apporter à ces personnes formidables que sont les Aspies et à leurs proches mon témoignage comme un petit phare, une petite étoile.
Genève confirme que même neurotypique on peut entrer dans ce monde bleu et s'y sentir bien.
Merci à Véronique Lagorce*, coach pour personnes hypersensibles et Asperger, qui a permis ces belles rencontres en m'invitant avec la librairie Payot sur le stand du Moi.

* coordonnées sur la page liens